En cours de chargement...

Agustin Galiana célèbre l’amour

Le sympathique et talentueux acteur/danseur/chanteur espagnol a sorti son premier album en France. L’occasion d’une rencontre. Entretien.

En France, nous vous avons d’abord connu comme comédien, puis nous avons découvert vos talents de danseur et maintenant de chanteur. Est-ce que l’un est arrivé après l’autre ou est-ce que vous avez toujours été un artiste touche-à-tout ?

Agustin Galiana : J’ai toujours été un artiste touche-à-tout car quand j’étais petit je voulais être danseur, et cela n’a pas pu se faire. Je suis devenu comédien, mais cela n’a pas été facile. Même si j’ai travaillé pendant 7 ans à la télévision en Espagne et que j’ai fait des films et du théâtre. Lorsqu’il y a eu la crise en Espagne, il n’y avait plus de travail et j’ai commencé la musique chez moi à ce moment-là. J’ai autoproduit deux albums… Cela n’a pas marché. Et je suis venu en France pour fuir la crise ! Dans la première année, j’ai tourné dans Chefs sur France 2 et après j’ai enchaîné avec Clem sur TF1.

Agustin Galiana et la musique, cela remonte à… ?

A.G. : J’ai commencé quand j’étais petit, avec le solfège. Ensuite j’ai gardé tout ça dans une petite boîte, pour moi. Puis tout est ressorti avec mes deux albums en 2007 et 2014.

Est-ce que votre expérience Danse avec les stars a été à l’origine de cet album ?

A.G. : Non, l’album était déjà prévu avant. Ce qui m’a donné envie de faire cet album, c’est la rencontre avec Nazim Khaled qui a fait démarrer toute cette aventure. Nous avons fait tout l’album ensemble. Les deux précédents je les avais faits seuls et je trouvais que c’était un peu triste, j’avais envie de partager.

Comment avez-vous conçu cet album, quelles étaient vos envies ?

A.G. : J’avais envie de faire un album qui chantait l’amour, qui soit un mélange entre ballades nostalgiques et romantiques, et d’autres morceaux pour danser. Je trouve que quand les forces opposées sont réunies, cela donne un truc qui nous fait bouger.

L’amour est le fil rouge et vous l’envisagez sous différents angles dans cet album : pouvez-vous nous en dire plus ?

A.G. : J’ai essayé tous les angles en fait ! On me quitte, on ne me quitte pas, j’ai toutes les filles, je suis tout seul, ensuite je me mets à genoux, il y a aussi ma grand-mère, mon père… il y a tous les angles.

Avez-vous composé aussi ?

A.G. : Non, c’est surtout Nazim et j’ai ajouté mes touches personnelles. Comme tout était fidèle à ce que j’avais envie de dire et de chanter, je n’ai pas eu besoin de retoucher. C’était parfait.

Si un titre vous tenait plus à cœur que les autres sur cet album, ce serait lequel et pourquoi ?

A.G. : Tu attends aujourd’hui. Parce que c’est une histoire qui me touche beaucoup. C’est une histoire vraie. Il a quelque chose dans la mélodie qui me touche, dans les mots qui me touche. La mélodie est jolie. Cette chanson a tout. Je pense que dans dix ans elle sera toujours aussi forte.

Vos projets pour la suite ?

A.G. : Un téléfilm que j’ai tourné pour TF1 qui sort fin octobre, ensuite le tournage de la série Clem, la promo et les dédicaces de l’album et j’espère que l’on commencera bientôt à parler de la scène. J’ai hâte de chanter les chansons les yeux dans les yeux avec le public. Je suis très content de cet album… même si mon accent n’est pas le plus propre du monde, ça apporte une petite touche de mon univers !

Un grand merci à Agustin Galiana.

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Rencontre avec Trois Cafés Gourmands

A l’occasion de la sortie de leur premier album, Un air de rien, le 5 octobre dernier, …

Article Jérémy Frérot, Matriochka, son premier album solo

L’ancien Fréro Delavega sortira son premier album solo, Matriochka, le 12 octobre …

Article Nouveau best of Mike Brant, une version exclusive chez …

Après des débuts difficiles, Mike Brant s'impose dans les années 1970 comme l'une des …