En cours de chargement...

Alphabet de Google plus riche qu’Apple

Publié le 22 août 2019

La maison-mère de Google intitulée Alphabet est devenue fin juin plus riche qu’Apple. 117 milliards de dollars directement disponibles dans les caisses de la société. Un chiffre remarquable qui sécurise le groupe à court terme.

Pendant longtemps, Apple était considérée comme la firme la plus profitable financièrement. Il semble que sa place de numéro un ait été dérobée récemment par l’une des sociétés du groupe Google. Spécialisé dans de multiples activités du numérique, le groupe dispose d’un certain nombre d’entreprises, dont la plus riche serait Alphabet.

Vous avez peut-être déjà entendu ce nom. Il s’agit simplement de la maison-mère de Google qui a été créée en 2015 suite à une restructuration du groupe. Lorsqu’on évoque la richesse de cette entreprise, ce n’est pas le chiffre d’affaires, les revenus qui sont en jeu, ni même ses bénéfices ou sa rentabilité, mais la trésorerie de la société, le cash dont elle dispose pour faire face à tout évènement imprévu sans que le groupe ne soit entaché financièrement dans son fonctionnement.

Comme le rapporte le Financial Times, alors qu’Apple se positionnait jusqu’en 2019 comme la société ayant le plus de fonds accessibles, au second trimestre, la marque à la pomme a été détrônée par Alphabet du groupe Google. Cette dernière enregistre en effet pas moins de 117 milliards de dollars à cette période, contre 102 milliards de dollars pour Apple à la même date.

Le concours du plus riche, mais à quoi sont destinés ces fonds ?

De telles disponibilités ne sont pas là uniquement pour rassurer les actionnaires et pour montrer que le groupe est meilleur que ses concurrents. Ces liquidités sont présentes pour faire face à des crises éventuelles, à de potentielles sanctions (procès, amendes), mais aussi dans une certaine mesure pour investir dans de nouveaux projets, acquérir des entreprises et prêter main-forte à des filiales qui seraient en difficulté.

Toutefois, les fonds ont significativement été accrus au cours de ces derniers trimestres. Cette tendance s’explique par une politique fiscale qui a été mise en place aux États-Unis. Elle a permis à Google de rapatrier des fonds qui étaient à l’étranger en bénéficiant d’avantages fiscaux. Contrairement à Apple qui en a profité pour accroître les dividendes versés à ses actionnaires, Google, à travers sa maison-mère a maintenu quant à elle une stabilité dans sa politique de rémunération des actionnaires. D’où ces montants qui ont fortement augmenté au cours du second trimestre 2019.

Le Financial Times met en avant les risques de présenter autant de cash dans ses comptes. En effet, le groupe peut rapidement devenir la cible tant de ses opposants dans le cadre de conflits juridiques, qui ne sont pas rares chez les acteurs du numérique, mais aussi des autorités qui pourraient être tentées d’infliger des amendes monumentales pour manquement à certaines réglementations (quasi monopole, abus de position dominante, non-respect du Règlement général sur la protection des données…). Google risque ainsi de devenir une cible de choix. 

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Le SMS sonne ses dernières heures

Publié le 7 novembre 2019Quotidiennement utilisé, le SMS devrait prochainement …

Article Les solutions de Google pour un sevrage numérique

Publié le 5 novembre 2019Face à des mobinautes de plus en plus accro (ché) s à leurs …

Article Apple lance ses AirPods Pro

Publié le 29 octobre 2019Le constructeur américain a annoncé hier l’arrivée de ses …