En cours de chargement...

Comment faire comprendre les interdits à un enfant ?

Que vous attendiez votre premier enfant ou que vous soyez déjà maman, il est normal et même bénéfique de se questionner sur les principes d’éducation que vous souhaitez adopter. L’éducation nécessite de faire comprendre les interdits à un enfant car, quelque soit son âge, il a besoin d’un cadre éducatif qui participe à sa structuration psychologique. Ces repères doivent être transmis de façon adéquate tout en vous adaptant à l’âge de votre enfant.

Réussir à se faire comprendre

Le message concernant l’interdit doit être clair. Capter l’attention de votre enfant est la clef pour se faire comprendre. Pour favoriser la communication, vous pouvez vous mettre à sa hauteur, attirer son regard, tout en accompagnant votre « non » par un geste de tête et de l’index.

Expliquer pour donner du sens

Un interdit sans explication n’a pas de sens pour l’enfant. Très tôt, vous pouvez faire comprendre les interdits à un enfant en lui expliquant la raison de votre refus (« c’est dangereux, tu risques de te faire mal », « tu ne dois pas toucher à cet objet car tu risques de le casser »). Vos propos auront plus de chances d’être compris par votre enfant si votre discours est adapté à ses capacités de langage. Il doit donc être court et précis. Crier n’est pas indiqué car cela risque de brouiller la communication. Un ton ferme est souvent plus efficace qu’élever la voix.

Prévenir pour éviter de sanctionner

Des repères éducatifs structurants nécessitent un cadre souple mais ferme qui doit donc rester congruent. Montrer l’exemple et répéter les interdits sont des éléments nécessaires pour favoriser la cohérence de ces repères. Pour éviter d’en arriver à la sanction, l’utilisation du jeu ou encore proposer à votre enfant des alternatives plus acceptables (comme gribouiller des journaux plutôt que le canapé) sont des stratégies de diversion efficaces. Lorsque la sanction s’avère nécessaire, elle doit être comprise par l’enfant pour être éducative. La première étape consiste à prévenir l’enfant de ce qu’il risque s’il ne modifie pas son comportement. Si malgré vos avertissements votre enfant persiste à adopter des conduites que vous lui interdisez, la sanction annoncée doit être appliquée et maintenue jusqu’au bout. Une fois la sanction terminée, vous pouvez en reprendre les raisons avec votre enfant et préciser ce que vous attendez de lui à l’avenir.

Ne pas culpabiliser

Mettre des limites claires et précises à votre enfant est fondamental pour son évolution. Ces repères éducatifs précoces lui permettront de développer son sens des responsabilités, indispensable pour acquérir la maturité dont il aura besoin dans sa vie future. Il ne faut donc pas culpabiliser de dire « non » à son enfant, bien au contraire, car cela est dans son intérêt.

Ces interdits évoluent avec la croissance physique et psychologique de votre enfant. Valoriser les acquisitions nouvelles favorise son autonomie en lui donnant confiance en ses capacités actuelles et à venir.

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

ma ptite kely 6 mois me fais voir déjà de toutes les couleurs , de plus y' a les quenottes qui poussent , sa la rend grognon donc v' la les caprices.

pml

Article clair et succinct qui a le mérite de proposer la bonne attitude à adopter dès le plus jeune âge qui évitera bien des déboires ultérieurs.

Oh oui... ;)

en tous cas c'est vraiment tout petit que ça se joue ! après les mauvaises habitudes sont prises

Nos recommandations
Article Bébé ne veut pas prêter ses jouets !

« Non », « C’est à moi » sont devenues depuis quelque temps les expressions préférées de …

Article La première rentrée à l’école maternelle

Le jour J arrive à grands pas, bébé a grandi et il doit maintenant se rendre à l’école. …

Article Comment éveiller Bébé à la musique ?

Pour communiquer avec son entourage, Bébé utilise ses cinq sens. Il découvre son nouvel …