En cours de chargement...

Comment Huawei tente de contrer le Boycott américain ?

Publié le 18 juin 2019

Interdit de vente aux États-Unis, perdant tous ses partenariats avec les entreprises locales, Huawei se voit obligé de réagir et de montrer toutes ses ressources et ses forces intérieures. Décidé à se battre, il crée un nouvel OS et se rapproche des éditeurs situés dans d’autres régions du monde.

Depuis quelques semaines, le fabricant chinois Huawei est sous le coup d’un boycott de la part des États-Unis. Le gouvernement américain a interdit la vente de leurs produits outre-Atlantique et a obligé tous les partenaires de Huawei à mettre fin aux contrats qui les liaient. Fini les puces Intel, les préinstallations d’Android, du Play Store et des applications Facebook, Instagram et WhatsApp pour ne citer qu’elles.

Rappelons toutefois que ces interdictions ne sont applicables que sur les futurs modèles des marques Huawei et Honor. Ainsi, tous les smartphones déjà en stock dans les magasins et ceux déjà vendus conservent les mêmes droits que par le passé.

En quelques semaines, le groupe a connu une descente aux enfers. Les ventes en France de smartphones de la marque se sont effondrées de 20 % et le constat serait le même dans les autres pays européens.

Android AOSP ou Linux ?

Afin de contrer cette interdiction, Huawei a commencé à développer son propre système d’exploitation. Certains analystes le baptisent Ark OS, d’autres HongMeng OS. Quel que soit son nom, il serait basé sur la version Open Source d’Android (AOSP). Il ressemblerait donc fortement au système d’exploitation de Google. Quant au market d’applications, si le Play Store disparaît, un autre magasin en ligne pourrait voir le jour, propre au constructeur, et serait a priori compatible avec les applications existantes du Play Store, bien que ce point n’ait bien sûr pas été confirmé. Ce nouvel OS interne serait prêt et pourrait être officiellement lancé en octobre, ce qui permettrait au fabricant de reprendre le cours des sorties qui étaient prévues dans les prochains mois.

D’autres rumeurs penchent pour un partenariat avec un éditeur russe et l’utilisation pour ses futurs smartphones de l’OS Aurora. A l’inverse d’Ark OS, il ne serait pas basé sur Android AOSP, mais sur Linux. Il se peut que certains smartphones soient conçus sous Ark OS et d’autres sous Aurora. Toutefois, pour l’heure rien ne serait encore acté et confirmé. Est-ce qu’opter pour un système russe serait la solution sachant que Huawei connait ce destin à cause des craintes émises par les États-Unis quant à un contrôle et une transmission des données utilisateurs au gouvernement chinois ? Les tensions entre la Russie et le monde occidental pourraient renforcer le choix de Donald Trump et inciter l’Europe à suivre le même chemin.

Du côté opérationnel, Huawei tente de rassurer ses équipes quant à son devenir.

Une guerre commerciale ouverte avec les États-Unis

Le groupe Huawei n’entend pas se laisser faire dans tous les conflits qui l’opposent aux US. Le groupe a ouvert une procédure à l’encontre de l’opérateur téléphonique américain Verizon et réclame pas moins d’un milliard de dollars pour violation de plus de 230 brevets concernant des composants réseau et les infrastructures.

Le géant asiatique, qui était parvenu à atteindre la deuxième place mondiale en termes de ventes de smartphones derrière Samsung entend donc bien se faire entendre. 

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article À l’aube de son lancement, la 5G compterait encore 11 …

Publié le 19 novembre 2019Dans quelques mois, la nouvelle norme de réseau mobile 5G …

Article Un délai supplémentaire de 90 jours pourrait être accordé à …

Publié le 18 novembre 2019De nouvelles négociations doivent avoir lieu aujourd’hui entre …

Article Les fondateurs de TikTok lancent leur 1er smartphone

Publié le 18 novembre 2019La maison mère de la célèbre application Tiktok vient de lancer …