En cours de chargement...

Éveiller ses sens en cuisine fait toute la différence

Déguster un plat ne se résume pas à une affaire de goût. Couleurs, textures, odeurs, bruits de cuisson… tous les sens sont sollicités en cuisine. En prendre conscience, ça change tout !

Comment se construit le goût ?

Dans le ventre de sa maman déjà, bébé perçoit le goût des aliments et commence à affiner ses préférences. Puis, dès l’enfance les goûts s’affirment. Une fois adulte, ils continuent d’évoluer. Vous pouvez avoir détesté la choucroute enfant, lui donner une seconde chance des années plus tard et vous surprendre à l’adorer ! Il ne faut pas hésiter à expérimenter toute sa vie. Et à cuisiner vous-même afin de faire entrer en action vos cinq sens.

Car leur association permet d’apprécier totalement les qualités d’un aliment ou d’un plat, mais aussi de savoir si nous avons faim ou si notre estomac est suffisamment plein. Des repères précieux pour manger équilibré.

Cuisiner avec tous ses sens

Un plat ou un aliment se mange d’abord avec les yeux. La vue est, en effet, le premier sens sollicité. Lorsque vous choisissez vos produits, que ce soit au marché ou au supermarché, l’aspect de l’aliment (mat, brillant…), sa couleur, sa forme, sa taille, son état (liquide, solide ou gazeux), vous font déjà saliver. Ou pas !

Vous entrez ensuite en contact direct avec la nourriture via les mains, les lèvres ou la langue. Le toucher permet d’apprécier la texture (gluant, lisse, rugueux), la consistance (dur, mou, moelleux) ou encore la température.

Et l’ouïe alors ? Elle joue aussi un rôle, dès la préparation du repas lorsque vous coupez les légumes, que la viande crépite dans la poêle, que la cocotte minute siffle... Puis lors de la dégustation, lorsque les couverts font de la musique au contact de l’assiette, et qu’en bouche ça craque, ça croustille, ça pétille…

L’odorat n’est pas en reste : 80% du goût passe par lui. Tout paraît bien fade avec le nez bouché… L’odorat permet de reconnaître les parfums, puis l’arôme des aliments une fois en bouche. Des odeurs qui, associées à une émotion, font remonter des souvenirs d’enfance, comme le symbolise la célèbre madeleine de Proust.

Enfin le goût vient confirmer que vous aimez, ou pas. Salé, sucré, amer ou acide, les quatre saveurs peuvent d’ailleurs se retrouver mélangées dans un seul et même plat. Qui fera entrer tous vos sens en ébullition !

Il existe même une cinquième saveur appelée « umami », correspondant à l’après-goût, celui qui reste en bouche.

Manger en pleine conscience, en faisant appel à tous ses sens, ça change tout. La dégustation permet alors à tous les convives d’évoquer et de comparer leurs sensations. Un vrai moment de partage.

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Cuisiner vite et bien en solo, c'est possible !

Etre seul aux fourneaux ne doit pas être synonyme de repas déséquilibrés et sans saveur. …

Article Faites de votre soupe un repas complet

Compagne fidèle de vos longues soirées d’hiver, la soupe n’a pourtant pas fini de vous …

Article Revisiter les recettes de base pour les faire aimer aux enfants

Pour que les enfants mangent un peu de tout et en quantité suffisante, il faut parfois …