En cours de chargement...

Huawei : embargo en partie levé par les États-Unis

Publié le 25 novembre 2019

Le ciel semble commencer à se dégager pour le constructeur mobile chinois Huawei. Tout comme l’avait espéré la firme asiatique, le gouvernement américain commence à assouplir le cadre du bannissement du second revendeur mondial de smartphones.

Les dirigeants de Huawei sont restés confiants malgré les décisions radicales qui avaient été prises par le gouvernement de Donald Trump à leur encontre. Le constructeur a subi des mois de boycott empêchant le groupe de pouvoir vendre ses smartphones sur le sol américain. Mais au-delà du fait que la marque n’était plus la bienvenue aux États-Unis, le plus bloquant pour le fabricant était de se voir interdit de commercer avec toutes les sociétés américaines et donc avec les plus grands fabricants de microprocesseurs comme Intel, ainsi que les éditeurs comme Google et Microsoft.

Tout au long de l’analyse et de l’enquête américaine visant à valider qu’il n’y ait pas de risque d’espionnage et de transmission de données sensibles au gouvernement chinois, les dirigeants de Huawei ont gardé la foi dans les conclusions que pourraient adopter les États-Unis. Le groupe a en effet conscience que s’il a besoin des fournisseurs américains, en retour le gouvernement de Donald Trump a tout intérêt à maintenir des liens commerciaux avec le géant chinois au regard de sa position de second sur le marché mondial. L’apport est dual pour ces grands acteurs du numérique.

Microsoft-Huawei : un partenariat de nouveau possible

À ce titre, outre-Atlantique, le gouvernement a commencé à finaliser certains dossiers concernant Huawei et vient de lever le blocage pour Microsoft à la demande de ce dernier, soit le premier en la matière. Cette décision constitue une belle avancée, probablement la première d’une longue lignée sachant que tous les majors œuvrent en ce sens.

Huawei peut ainsi remettre en vente ses ordinateurs Matebook en réintégrant le système d’exploitation Windows 10. En effet, si pour l’univers des smartphones le constructeur chinois avait anticipé et préparé son propre OS basé sur Android Open Source, sur PC la démarche est plus complexe et les utilisateurs requièrent davantage un système d’exploitation connu et compatible avec leurs logiciels.

Google sera peut-être le prochain sur la liste des partenariats autorisés, bien que les décisionnaires américains risquent de garder le meilleur pour la fin, le temps de laisser ses propres acteurs, dont Apple, regagner doucement des parts de marché. Au total, ce sont près de 300 cas qui doivent être analysés et traités. Le géant asiatique doit donc continuer à faire preuve de patience.

Pendant ce temps, Xiaomi se rapproche vivement du podium puisque les résultats du troisième trimestre 2019 le portaient tout de même sur la quatrième place, juste derrière la marque à la pomme. C’est sans compter les derniers smartphones que Xiaomi a lancé au cours de ces dernières semaines ainsi que les modèles à venir, qui s’avèrent plus que surprenants.

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Huawei vous aide à trouver les app populaires

Publié le 31 mars 2020Le groupe commence à souffrir de l’absence des services de Google …

Article Les Xiaomi Mi 10 et Mi 10 Pro ont été dévoilés

Publié le 30 mars 2020Avec un mois de retard sur le planning (annulation du MWC oblige), …

Article Coronavirus : chute des ventes de smartphones

Publié le 30 mars 2020L’AFP à l’appui du cabinet Strategy Analytics a révélé un …