En cours de chargement...

Huawei de nouveau sanctionné par les USA

Publié le 20 janvier 2021

Nouveau coup dur pour Huawei. Après une légère souplesse permise ces derniers mois, le gouvernement américain sévit de nouveau.

Nous pensions le conflit qui oppose Huawei aux Etats-Unis stabilisé, mais il n’en est rien. Avant son départ de la Maison Blanche, l’administration de Donald Trump a de nouveau frappé fort. Dans son viseur, Huawei fait l’objet de nouvelles restrictions, et pas des moindres.

Jusqu’à son dernier jour de mandat présidentiel, il n’aura pas baissé sa garde face à Huawei. Après l’avoir banni à plusieurs niveaux à travers les mois, empêché de conserver des relations commerciales et industrielles avec toute société américaine et interdit de vendre ses produits Outre-Atlantique, le gouvernement sortant prend une nouvelle décision majeure, comme le rapporte Reuters.

Plus aucune exception

Toutes les licences qui avaient fait l’objet d’un assouplissement et d’une autorisation ces derniers mois sont désormais révoquées. Ainsi, les Etats-Unis n’autorisent plus des sociétés comme Intel à avoir des liens quels qu’ils soient avec Huawei.

Après un moment d’espoir, il retombe totalement suite à cette ultime annonce. Heureusement, le numéro 2 mondial travaille maintenant depuis de nombreux mois sur son indépendance totale vis-à-vis des Etats-Unis. Toutefois, cette transition est difficile à mettre en oeuvre car les entreprises technologiques américaines sont des incontournables. C’est notamment le cas de Google, que ce soit par ses services divers ou pour Android, d’Intel avec ses processeurs, de Microsoft ou encore de Qualcomm pour ne citer qu’eux.

Un pas de fait vers l’autonomie

Pour se reconstruire sur des bases plus solides, Huawei a développé son système d’exploitation maison baptisé HarmonyOS. Il devrait prochainement arriver dans sa version 2.0, de plus en plus détachée d’Android.

Mais la plus grande difficulté pour Huawei a certainement concerné ses puces Kirin. Elles utilisent en effet des composants issus de l’industrie américaine et ont dû essuyer des complications de conception à ce titre.

Désormais, ce sont les ordinateurs du fabricant qui sont la cible car sans puce Intel ou AMD, comment avoir une puissance et des arguments de vente suffisants pour se maintenir à l’international ?

Le groupe a toutefois pu permettre à son ancienne marque Honor de perdurer en se séparant d’elle. Rappelons que suite à cette cession, Honor n’est plus concernée par les restrictions américaines. Elle peut donc continuer à commercialiser tous ses produits, que ce soit des ordinateurs, des smartphones ou encore des montres connectées, le tout sans blocage.

Le géant chinois n’est toutefois désormais plus le seul fabricant de smartphones concerné puisque le gouvernent de Donald Trump a également placé avant son départ la société Xiaomi dans la liste noire estimant qu’elle a des liens avec l’armée de l’Empire du Milieu. Moins sanctionné que Huawei, le constructeur va toutefois perdre ses investisseurs américains. Une atteinte plus financière que commerciale, qui pourrait peser quelque peu sur l’avenir du groupe. 

Nos recommandations
Article Huawei Mate X2 : bilan à quelques jours du lancement

Publié le 17 février 2021La présentation officielle du Mate X2 est désormais imminente, …

  • 0 J'aime
Article Test du Huawei P40 Pro+ : plus et encore plus

Publié le 14 février 2021Si vous avez lu notre test de son petit frère entre guillemets, …

  • 0 J'aime
Article Un T4 2020 très porteur mené par Apple

Publié le 1er février 2021Les derniers chiffres du marché des smartphones viennent de …

  • 0 J'aime