En cours de chargement...

iPhone : Apple sous la menace de la Russie

Publié le 4 décembre 2019

Le gouvernement russe vient d’adopter une loi obligeant les smartphones et autres appareils mobiles et numériques à être dotés d’applications russes, directement préinstallées pour être utilisables dès l’acquisition de l’appareil par les mobinautes. Ce qui n’est pas du goût des constructeurs américains et notamment d’Apple.

Nous avions connaissance de la guerre économique entre l’Asie et les États-Unis, l’Occident craignant un espionnage par le gouvernement chinois. Il semble que ce ne soit pas le seul conflit d’actualité. La Russie vient en effet de promulguer des menaces à l’encontre d’Apple. Le pays exige du fabricant californien qu’il intègre nativement dans tous ses modèles d’iPhone des applications russes.

La nation de Vladimir Poutine veut s’ériger contre un Occident omniprésent et une ouverture à leur culture et à leurs normes jugées trop insuffisantes. Si Apple ne suit pas les recommandations sollicitées par la Russie, le sort des iPhone pourrait être le même que celui des smartphones Huawei aux États-Unis.

De son côté, Apple ne souhaite pas prendre le risque de voir le Kremlin obtenir des données sensibles susceptibles de porter atteinte à la nation américaine. Le parlement russe tente de rassurer la marque à la pomme en précisant qu’il s’agit d’une nouvelle loi venant d’être promulguée et concernant tous les appareils numériques, depuis les ordinateurs jusqu’aux smartphones en passant par les téléviseurs connectés. Tous doivent être équipés au plus tard au mois de juillet 2020 d’une série d’applications made in Russie.

Éliminer la concurrence ? Espionner l’Occident ? Quelles attentes de la Russie ?

Cette nouvelle réglementation vise à promouvoir les éditeurs locaux et faire reconnaître le savoir-faire russe au sein même du pays. En effet, le pays est reconnu pour ses compétences en matière informatique, mais les mobinautes ont tendance à toujours se tourner vers les grands noms du numérique comme Apple, Google ou encore Microsoft. Ce qui ne laisse aucune chance aux éditeurs russes, qui ne peuvent faire le poids face à cette concurrence férue.

La Russie rassure et rappelle qu’elle ne souhaite pas empêcher la préinstallation d’applications américaines. Elle envisage au contraire de proposer des alternatives nationales aux côtés des applications plus connues et habituellement utilisées. Ainsi, elle cherche à montrer aux utilisateurs russes que derrière chaque solution développée par Google, Microsoft ou Apple pour ne citer qu’eux, il existe des programmes conçus par des sociétés russes, qui apportent les mêmes avantages et répondent aux mêmes besoins que les applications habituelles. Pour l’heure, la liste des logiciels concernés par cette réglementation n’a pas encore été dévoilée.

À ce stade, la probabilité qu’Apple se plie à de telles exigences et que le gouvernement américain l’autorise de surcroît reste relativement faible. Ce sera peut-être le moment pour la firme de Cupertino de se retirer de ce pays. Les autres constructeurs ne devraient a priori pas déroger à une telle loi. Mais seul Apple semble avoir réagi à ce jour. 

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Oh appli Day !

Publié le 27 décembre 2019Parce qu’elles font partie intégrante de nos vies, nous leur …

Article Oppo lance ses Reno 3 et 3 Pro

Publié le 26 décembre 2019Le constructeur chinois fait le choix du haut de gamme et de la …

Article Google Assistant s’enrichit de la traduction instantanée …

Publié le 25 décembre 2019 (JOYEUX NOËL !!)Le géant du Web est fier de ses nouvelles …