En cours de chargement...

J’ai envie d’un enfant, mais mon/ma conjoint(e) ne veut pas !

Impossible pour vous de quitter des yeux cette amie enceinte de quelques mois, impossible non plus de détacher vos yeux de ce beau bébé en poussette. Votre désir d’enfant est devenu viscéral.

Oui, mais voilà, pour avoir un enfant, il faut être deux et on vous l’a formellement signifié « C’est hors de question ! ». Vos discussions sur le sujet finissent en disputes et vous oscillez entre colère, déception et tristesse. Vous ne savez plus comment réagir…

A-NA-LY-SEZ ! C’est en connaissant la ou les raisons de ses freins à avoir un enfant que vous saurez si oui ou non vous avez une chance de persuader votre moitié.

La meilleure solution est de rassurer et d’amener doucement votre tendre moitié à prendre la décision d’avoir un enfant. Soyez persévérant(e), diplomate et compréhensif(ve) car avoir un enfant et l’élever dans l’amour, ça se construit à deux.

À chaque réticence à avoir un enfant, une solution

« Je ne veux pas que nous perdions notre liberté »

Adieu les fêtes et les sorties improvisées. Face à cette peur, faites-lui comprendre qu’il n’en est pas non plus question pour vous. Grâce à une organisation sous contrôle : nounou et baby-sitter disponibles, matériel de puériculture indispensable pour rester mobiles le week-end, tout est prévu !

« Avoir un enfant c’est une lourde responsabilité »

Manquer de confiance en soi, ne pas se sentir à la hauteur, douter de ses capacités… Tout cela est légitime. Faites-lui comprendre qu’être un parent parfait ça n’existe pas. À vos yeux, de toute façon, il ou elle sera la personne idéale pour élever cet enfant avec vous.

« Mettre un enfant dans ce monde de fous, c’est irresponsable »

En vrac, tout y passe : trou dans la couche d’ozone, pollution, scandales de l’industrie agroalimentaire, problèmes d’argent… La seule solution est de rassurer votre conjoint(e). Vous l’aimez et vous avez pleinement confiance en lui ou elle pour rendre votre enfant heureux.

« Je ne veux pas devenir comme mes parents »

Traduisez : la peur de vieillir ! Exploitez les exemples d’amis qui vous entourent et qui ont sauté le pas. Démontrez-lui qu’il est possible de devenir parents tout en restant jeunes et branchés.

« J’ai déjà donné »

Les personnes déjà divorcées peuvent éprouver de la culpabilité de ne pas voir leurs enfants tous les jours. Mieux vaut ne pas brusquer les choses et lui laisser le temps de faire de nouveaux projets.

Élever sereinement son enfant à deux est une condition indispensable pour le bien-être futur de votre enfant. Quelle que soit la situation, ne brûlez pas les étapes. Soyez persévérant(e) et compréhensif(ve) pour persuader votre moitié.

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Mon amie vit cette situation très mal. Je vais lui parler de votre article cela lui redonnera surement de l'espoir
merci

Nos recommandations
Article Et si on faisait un autre enfant ?

Faire un autre enfant, avoir un deuxième bébé, agrandir la famille, passer de 2+1 à 4, …