En cours de chargement...

Pourquoi la Planète des Singes fascine-t-elle autant ?

La Planète des Singes - Suprématie - Fox Entertainment Groupe

Adaptée du roman de l’écrivain français Pierre Boulle, cette saga est une valeur sûre du box office, comme l’a prouvé le dernier volet « La Planète des Singes – Suprématie » l’été dernier. Comment expliquer un tel succès ?

Un roman, deux séries TV, neuf films…la Planète des Singes est la deuxième plus grande saga de science-fiction derrière Star Trek et ses douze 12 longs-métrages. Réalisé par Matt Reeves, le dernier volet, Planète des Singes – Suprématie, a confirmé son succès cinématographique et sort en DVD le 8/12.

Une critique sociétale

La saga débute sur grand écran en 1968, avec Franklin J.Schaffer derrière la caméra. On y suit Taylor, interprété par Chartlon Heston, un astronaute américain qui s’est écrasé, en 3978, sur une planète où les singes règnent en maîtres, les hommes étant, eux, réduits à l’esclavage. Un volet fidèle au roman de Pierre Boulle qui invite à réfléchir sur les rapports entre l’homme et la nature et entre les hommes eux-mêmes. Le film devient un classique du genre, offrant ses lettres de noblesse à la science-fiction, jusque là considérée comme un sous-genre. La Fox lance quatre suites : Le Secret, Les Évadés, La Conquête et La Bataille, miroirs du contexte de Guerre Froide, la critique du nucléaire en toile de fond. À partir du quatrième volet, le personnage de César, meneur de la révolte des singes, devient central. C’est lui que l’on retrouve dans le reboot de 2011, Les Origines, dix ans après le remake de Tim Burton, sobrement intitulé La Planète des singes.

La Planète des Singes - Suprématie - Fox Entertainment Groupe

La magie opère à nouveau

Le renouveau est dû à Ruppert Wyatt, aux commandes des Origines en 2011, qui revisite l’univers de Pierre Boulle : les humains sont renversés par une armée de primates dirigée par le charismatique César. Et le réalisme des singes conquiert les spectateurs : précédemment interprétés par des acteurs grimés, ils bénéficient cette fois de la technique de la motion capture, permettant à un acteur de se glisser dans la peau de l’animal numérisé.

Matt Reeves poursuit la relecture du mythe avec L’affrontement en 2014, puis dans Suprématie trois ans plus tard. Ce blockbuster est aussi salué par la critique. L’affrontement des deux camps, fragilisés par les mensonges et les trahisons, en est le fil directeur. Chaque spectateur peut s’identifier tour à tour aux humains ou aux singes, Andy Serkis, dans la peau de César, livrant là une performance magistrale. Ce volet offre une conclusion parfaite à la trilogie. Et prouve qu’un roman et neuf films plus tard, La Planète des Singes continue de fasciner.

Retrouvez La Planète des singes - Suprématie à partir du 8/12/17 en DVD, Blu Ray, Steelbook édition limitée et trilogie.

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter