En cours de chargement...

Rencontre avec Aysat, l’électron libre à la plume très fine

Si elle se décrit elle-même comme étant un « vrai petit bazar », Aysat est surtout une jeune auteure compositeur très talentueuse, comme l’atteste parfaitement son premier titre « Ailleurs ». Reflet de sa génération mais inclassable, la belle nous a un peu parlé d’elle. Entretien.

Vous écrivez depuis toute petite : saviez-vous déjà que vous vouliez devenir artiste ?

Aysat : Oui ! J’ai l’impression d’être née chanteuse, je n’ai jamais eu envie de faire autre chose. Ma vie, c’était écrire et chanter mes chansons.

Vous avez pourtant commencé votre carrière par la danse ?

Aysat : Je danse depuis que j’ai 9 ans. Cela va avec ma volonté de devenir artiste et chanteuse, j’ai toujours admiré Madonna, Beyoncé… J’avais la volonté de leur ressembler et d’être une artiste performeuse. Et puis je me suis retrouvée dans un groupe semi pro de break danse. Nous avons fait le tour de l’Europe. La danse est une passion qui ne m’a jamais quittée.

J’ai pourtant commencé à chanter avant de danser. Mais l’opportunité de danser s’est présentée avant le chant. Je cachais un peu ma passion pour le chant, j’étais timide.

Vous avez d’abord écrit pour les autres, cela vous a t’il aidé à vous lancer vous-même ?
Cela vous a t’il donné le temps de prendre confiance en vous ?

Aysat : Ce n’est pas tout à fait cela. J’ai été découverte avec mes propres chansons et ensuite j’ai pu écrire pour les autres. Mais j’ai connu le succès avec l’écriture pour les autres (Kendji Girac par exemple). J’ai commencé à écrire avant de chanter… En CE1 ! Toute l’école connaissait mes chansons. Mais j’ai été découverte en tant que chanteuse avant d’être découverte en tant qu’auteur.

Quels sont les artistes qui vous ont donné envie de faire ce métier ?

Aysat : Madonna, Beyoncé comme je le disais, mais aussi Gwen Stefani surtout à l’époque de No Doubt, Lauryn Hill aussi, en termes d’identification et pour son côté un peu reggae et rap. Parmi les artistes français, je suis archi fan de Jacques Brel car je l’étudiais à l’école. C’est vraiment mon modèle.

Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?

Aysat : C’est très vaste mais je dirais que ma principale source d’inspiration est mon quotidien. Cela peut comporter plein de choses, comme des histoires de cœur, ou encore le combat que peut représenter le fait d’être issue de la diversité… Même pour les cosmétiques il y a encore du progrès à faire !

Si vous deviez décrire votre univers ?

Aysat : Mon univers est aussi vaste que tout ce qui fait ce que je suis aujourd’hui. J’ai l’impression d’être un mélange culturel, social, d’origines… J’ai grandi dans une banlieue populaire et aujourd’hui je vis dans un quartier bobo qui reste populaire ; j’écoute aussi bien du rap, que du reggae, de la chanson française. Et j’ai tout de même une particularité : j’écoute plus les femmes que les hommes. Leurs voix me touchent plus, leurs histoires me touchent plus aussi.

Avec votre plume, j’imagine que vous lisez beaucoup ?

Aysat : Je lis énormément ! Dès que j’ai du temps. Partout, tout le temps, dans le métro, etc.

Quels sont vos projets à la suite de ce premier EP ?

Aysat : Avant que l’EP sorte, je vais sortir un deuxième titre. Je suis en pleine écriture. Ensuite l’EP sortira et si tout se passe comme prévu, j’enchaîne avec l’album. Même si c’est de plus en plus compliqué de sortir un album aujourd’hui, il sortira quoi qu’il arrive !

Merci beaucoup à Aysat.

Ophélie

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Agustin Galiana célèbre l’amour

Le sympathique et talentueux acteur/danseur/chanteur espagnol a sorti son premier album …

Article Juste un rêve, le nouvel album de Tal - Interview

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, Juste un rêve, nous avons eu le plaisir …

Article Tina Arena, son nouvel album « Quand tout recommence » - …

Après 10 ans d’absence en France, Tina Arena revient avec un nouvel album français …