En cours de chargement...

Suis-je prêt à devenir papa ?

C’est officiel, votre chère et tendre est enceinte, vous allez devenir papa ! Cependant, en dépit du bonheur que vous ressentez, vous êtes pris d’un doute : êtes-vous prêt pour accueillir et élever cet enfant ? Vos craintes sont-elles légitimes ou avez-vous une réelle phobie des couches-culottes ?

Le doute et l’adaptation

Se demander si l’on est prêt à être père témoigne d’une forme de maturité. En effet, ces doutes signifient que vous avez conscience des bouleversements qu’implique l’arrivée d’un enfant et que vous n’êtes pas dans l’idéalisation de la paternité ou dans le déni de vos craintes. Vous savez donc qu’un bébé, si mignon soit-il, c’est aussi se lever à 3 heures du matin pour donner un biberon et changer la couche.

Ces doutes ont une valeur adaptative car ces craintes vous conduisent à anticiper les différentes difficultés qui peuvent se poser et donc de vous préparer au mieux à ce qui vous attend. La grossesse est un temps de transition qui permet de poser progressivement la manette de la console de jeux et d’apprendre à jouer avec un hochet.

La réévaluation des priorités

Etre père entraîne d’importants changements intérieurs qui vous permettront d’accéder à une meilleure connaissance de vous-même et de vos volontés les plus profondes.

Il ne s’agit pas de laisser tomber l’entraînement de sport et les sorties entre amis de façon non négociable car garder des investissements hors du cadre familial est indispensable pour l’épanouissement personnel. Cependant, « compromis » sera le maître mot car si c’est valable pour vous, la jeune maman aura également besoin de temps pour elle.

De plus, passer du temps avec votre bébé vous aidera à prendre de l’assurance dans votre rôle de père et à trouver une réelle place dans son éducation. Alors n’hésitez pas à passer votre permis poussette et à emmener bébé faire un petit tour au parc.

L’apaisement de la peur de devenir papa

Etre père est un saut dans l’inconnu. C’est rencontrer une personne qui tout en étant une part de soi, nous est encore étranger. Le moment de la naissance, précédé de l’accouchement qui peut être anxiogène, est le rendez-vous qui permet de concrétiser cette rencontre tant attendue. Le sentiment de connaître cet enfant dès vos premiers contacts, n’enlèvera certes pas toutes vos craintes, mais participera à réduire l’appréhension de ne pas être à la hauteur, de mieux maîtriser la peur de ne pas savoir répondre aux besoins de votre enfant et donc de trouver une confiance suffisante en vos capacités paternelles.

Ne cherchez pas la perfection, c’est bien évidemment impossible. Etre père n’est pas inné, on le devient en éduquant ses enfants. Enfant et parent grandissent ensemble et s’adaptent mutuellement l’un à l’autre au fil du temps.

Tous les parents connaissent des moments de découragement. Mais voir grandir votre enfant vous apportera tant de bonheur que vous ferez abstraction des nuits trop courtes et du salon devenu une salle de jeu pour bambin, pour rapidement devenir le champion des biberons.     

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Attendre un enfant à plus de 35 ans : quels risques ?

Actuellement, il n’est pas rare de vivre encore chez ses parents après 25 ans, voire 30 …

Article La stérilité masculine : quelles solutions pour une …

L’infertilité et la stérilité sont des freins à la procréation. Lorsque le désir d’enfant …

Article J’ai envie d’un enfant, mais mon/ma conjoint(e) ne veut pas …

Impossible pour vous de quitter des yeux cette amie enceinte de quelques mois, impossible …