En cours de chargement...

Test du Huawei P40 Pro : il ne lui manque que Google

Publié le 29 mai 2020

Sorti le 26 mars dernier en pleine épidémie, le constructeur chinois a dû faire face à une situation sanitaire qui a presque évincé la sortie de ses modèles haut de gamme de début d’année, pourtant très prometteurs. Alors que vaut un Huawei P40 sans les services Google ? La rédaction d’Auchan&moi a testé le P40 Pro. 

Comme tous les ans, les sorties de gamme P chez Huawei sont synonymes de belle qualité photo et d’un environnement de navigation très travaillé. Si la photographie semble toujours au rendez-vous de cette édition 2020, l’environnement de navigation, privé d’un Android complet, semble lui plus incertain. Un écueil que Huawei veut faire oublier en proposant pléthore de nouveautés sur son terminal Pro et en se positionnant comme une alternative à un smartphone « tout Google ». Une expérience inédite qui se devra d’être plus que performante si elle veut convaincre des consommateurs, souvent peu expérimentés dans le « bidouillage » de leur appareil, de s’offrir un P40 Pro.  

Design et prise en main 

Dans l’aspect de ce P40 Pro, soyons honnêtes, Huawei n’a rien à se reprocher. Le design du smartphone est plus qu’agréable, tant à l’œil qu’à la prise en main. Comme souvent chez Huawei, le terminal est plus lourd que chez la concurrence (Samsung en premier), mais sa prise en main est facile. Notons que sur ce modèle, Huawei propose un très bel écran AMOLED incurvé de 6,58 pouces avec un très bon taux de rafraîchissement de 90 Hz. 

Sous cet écran, on retrouve un capteur d’empreinte optique. Très réactif, il déverrouille de manière fluide le mobile. En haut à gauche, on observe un double capteur frontal de 32 Mpx accompagné d’un capteur 3D réservé à la profondeur de champ. Un outil bien utile qui permet d’offrir en théorie à vos selfies un aspect professionnel avec un joli flou d’arrière-plan. 

Sur le côté du smartphone, on retrouve avec plaisir le bouton de volume qui avait disparu du Mate 30 Pro, ainsi que le bouton de mise sous tension, comme toujours, fidèle au poste. En bas, on retrouve le port de chargement USB-C, équipé de la technologie SuperCharge à 40W, ainsi que le tiroir SIM. Spécificité de Huawei et ce depuis la sortie des Mate 20, ledit tiroir SIM n’accueille que deux cartes nanoSIM au choix, ou bien une carte nanoSIM et une carte nanoSD, format propriétaire du constructeur chinois. 

À l’arrière enfin, on retrouve le quadruple capteur signé Huawei. Pour cette nouvelle mouture, il embarque un appareil de 50 +40 +12 Mpx accompagné d’un capteur TOF pour la profondeur de champ. 

Navigation et fluidité 

Pour Huawei, c’est une première ou presque. Si le constructeur chinois n’en est pas à son premier modèle phare sans Google, la gamme des P40, et à plus forte raison le P40 Pro, sont les premiers terminaux commercialisés chez les revendeurs sans bénéficier d’un Android complet avec l’ensemble des services Google. 

Si le constructeur indique Android 10, il faut préciser qu'il s'agit d'une version AOSP et en aucun cas d'une version complète

Comment, alors que l’ensemble des smartphones vendus sur le marché sont équipés de ces services, et que certaines applications ne peuvent pas s’en passer pour fonctionner, peut-on utiliser à sa pleine performance, un mobile qui en est dépourvu ? 

La réponse risque de vous surprendre, mais la vérité est qu’il est plutôt agréable d’utiliser un smartphone sans les services Google. Il y a certes quelques détails qui en rebuteront certains, mais la vie quotidienne avec un smartphone tournant sous une interface utilisant une version d’Android AOSP n’est pas un vrai calvaire. 

Il vous faudra cependant, un temps d’adaptation c’est certain, ainsi qu’un peu d’huile de coude pour retrouver un appareil équipé de toutes vos applications habituelles. 

La rédaction a ainsi fonctionné sous le P40 Pro pendant plusieurs semaines. Il y a donc quelques observations et mises en garde qui auront toutes leur place dans ce grand paragraphe. 

Il est d’abord à noter que, si vous avez le choix, il sera bien plus simple pour le premier allumage de restaurer sur votre P40 Pro une sauvegarde provenant d’un appareil Huawei tournant sous une version complète d’Android. En effet, l’utilisation de Phone Clone, application propriétaire de sauvegarde, est bien plus simple à utiliser depuis un environnement 100 % Huawei. Cela vous permettra entre autres de récupérer la quasi-totalité des applications dont vous disposiez précédemment, sans avoir à les retrouver sur l’AppGallery de Huawei, ou à les chercher sur les magasins alternatifs. 

Si vous ne disposez malheureusement pas d’un mobile de la marque, nous vous conseillons d’installer vos principales applications depuis un store alternatif. Aptoide ou APK Pure sont parmi les plus sûrs. 

Bon à savoir, Huawei a installé dans son AppGallery une petite application nommée « Trouvapp ». Faites-nous confiance, elle deviendra rapidement un compagnon indispensable à votre mobile puisqu’elle cherche pour vous vos applications habituelles, vous propose une plateforme de téléchargement ou, si celle-ci n’est pas disponible, vous permet de consulter le service en question depuis votre navigateur web. 

Nous avons par ailleurs publié un tutoriel en deux étapes pour restaurer les historiques de messages WhatsApp sur un Huawei, que vous partiez d’un ancien terminal de la marque ou d’un autre smartphone. Cela demande quelques manipulations, mais le résultat est là. 

Notre rédaction tient également à mettre en garde sur le fonctionnement partiel de nombreuses applications utilisant la géolocalisation. Ces dernières intégrant, dans leur version Android APK les services Google, dans de nombreux cas, il n’est pas possible de vous localiser, ce qui vous obligera à utiliser, lorsque cela est possible, la version web. Pour ne citer qu’elles, Too Good Too Go, ou encore Mapstr ne vous permettront pas d’afficher les cartes et donc de localiser les lieux enregistrés sur ces applications. 

La localisation n'est pas disponible sans les services Google, cela peut par exemple être handicapant sur plusieurs applications. Ici Mapstr à gauche et CityMapper à droite

Dans l’ensemble cependant, avec un peu de patience et quelques recherches, vous devriez retrouver un environnement mobile extrêmement proche de ce que l’on pourrait retrouver sur un smartphone tournant sous Android. Précisons également que la vigilance doit être de mise, notamment sur les mises à jour qu’il vous faudra vérifier manuellement. Ceci vous permet, comme sur un mobile plus conventionnel, de vous assurer que votre terminal reste protégé et que vos données sont en sécurité. 

Autre point à souligner, le Huawei P40 Pro est équipé de la 5G. Notons qu’elle n’est pas activée par défaut, mais qu’un réglage peut s’opérer via le menu de raccourcis disponible en swipant l’écran d’accueil vers le bas. Pour le moment, cette option ne changera pas la qualité de la réception réseau puisque la 5G n’est pas encore la norme sur le territoire français. Elle reste néanmoins un équipement qui apporte un véritable plus à l’heure ou les terminaux compatibles avec la 5G sont de plus en plus nombreux, et que la norme devrait être mise en place très prochainement. 

Côté autonomie, Huawei a équipé son P40 Pro d’une belle batterie de 4200 mAh, équipé de la charge rapide 40W ainsi que la charge sans fil 27W et la charge inversée sans fil 27 W. Dans les faits le mobile tient entre une journée et demi et deux jours, ce qui est un score plus qu’acceptable, et classique chez Huawei qui a toujours mis l’autonomie à l’honneur. 

Photographie

Huawei est un acteur incontournable lorsque l’on parle de photophonie. Le constructeur est d’ailleurs l’un des seuls à avoir lancé son propre concours photo : les trophées Huawei Next-Image qui ont lieu tous les ans et qui récompensent les meilleures photographies prises à l’aide d’un smartphone Huawei. 

Sur le P40 Pro, l’équipementier continue dans la montée en gamme. Déjà par la résolution de son quadruple capteur photo qui se voit équipé d’un capteur principal de 50 Mpx dédié à la prise de vue grand-angle. En second capteur, c’est un ultra-grand-angle de 40 Mpx qui équipe ce terminal haut de gamme, un téléobjectif de 12 Mpx avec zoom optique x5 et enfin un capteur TOF pensé pour la profondeur de champ. 

Au niveau des tests de prise de vue, rien ou presque n’est à redire. La définition est à chaque fois un peu plus impressionnante. En zoomant à 100 %, on distingue encore des détails. On notera donc que l’algorithme de correction made in Huawei est toujours plus performant. 

La profondeur de champ est une autre caractéristique à saluer. Lors de nos prises de vue, elle s’est avérée extrêmement efficace, et la démarcation entre l’arrière et le premier plan est tout ce qu’il y a de plus subtile. Si la définition n’est bien sûr pas comparable à celle d’un boîtier professionnel (et c’est bien normal), le flou d’arrière-plan est en revanche un outil qui n’a pas à rougir face aux appareils plus professionnels. 

sur la gauche, le zoom optique x5 offre de bons résultats, même sur des éléments en mouvement comme cette corneille. Sur la droite, on notera le très bon flou d'arrière-plan à l'arrière de la fleur

À noter également que comme tout bon terminal haut de gamme, le Huawei P40 Pro gère la prise de vue en RAW. Attention cependant, le mode zoom lors de déclenchement en RAW peut être capricieux. 

après correction de l'exposition, une scène classique offre non seulement une belle colorimétrie, mais également une très bonne gestion du détail

Il faut également souligner quelques petits défauts minimes, mais récurrents. La mise au point est par exemple souvent capricieuse, et les scènes sont, par défaut, souvent surexposées. Il faut donc régler la luminosité à la main avant de déclencher. Le mode super macro a par ailleurs disparu, et il faudra donc composer avec le zoom de l’appareil, performant certes, mais moins pratique lorsqu’il s’agit de faire la mise au point sur le sujet. Enfin, on notera une légère distorsion des optiques qui marquent un peu trop clairement la zone de mise au point, c’est dommage. 

Du côté des options de retouche, là encore, Huawei a enrichi son application galerie de plusieurs outils assez innovants. On y retrouve bien sûr une quantité non négligeable de filtres, une option de suppression de reflets et une de suppression de passants disponible en prise de vue dynamique, ainsi qu’un sélecteur de couleurs, qui permet de retoucher une image pour n’en garder qu’une seule teinte et laisser le reste en noir et blanc. 

Du côté de la vidéo, le constructeur chinois a fait le choix d’équiper son terminal le plus haut de gamme de la 4K jusqu’à 60 fps à la fois sur les capteurs arrière, et sur les capteurs frontaux. Une qualité d’image qui se ressent clairement à la prise de vue. Petit bonus, une belle palette de filtres est disponible en prise de vue vidéo.

Conclusion

Dans l’ensemble ce Huawei P40 Pro est un excellent smartphone. Il est rapide, efficace, endurant, élégant et surtout il est parmi les meilleurs en photographie. Son seul handicap réside, pour le moment, dans l’absence des services Google. L’équipementier travaille cependant d’arrache-pied pour que ce problème n’en soit plus un et on sent d’ores et déjà qu’il ne manque pas grand-chose pour que Google se fasse définitivement oublier. 

Pour tout vous dire, en deux mois d’utilisation quotidienne, la rédaction n’a presque pas subi cette absence. Nous recommandons de ce fait ce très bon téléphone, mais nous le conseillons pour le moment plus à des utilisateurs à l’aise avec les environnements mobiles à personnaliser, qui n’ont pas peur de mettre un peu les mains dans le cambouis, ou simplement ceux qui veulent s’affranchir de la toute-puissance de Google. 

Pour tous les amoureux de la photo, ce téléphone est clairement un must have. Nous ne pensions pas cela possible, mais Huawei nous surprend chaque année, les modules photo et le logiciel de correction sont clairement meilleurs que sur la génération précédente (qui était déjà excellente). La vidéo n’a pas non plus à rougir face à la concurrence et promet de très belles images, nettes et des mouvements plus que fluides. 

Bref ce Huawei P40 Pro offre un quasi-sans-faute, et même sans les services Google il parvient à tirer son épingle du jeu. 

Nos recommandations
Article Huawei : lancement du Mate 40 le 22 octobre

Publié le 14 octobre 2020En dépit de toutes les difficultés rencontrées par Huawei, le …

  • 0 J'aime
Article USA : coup de massue final contre Huawei ?

Publié le 6 octobre 2020Malgré toutes les difficultés auxquelles a dû faire face Huawei, …

  • 0 J'aime
Article P Smart 2021 : Huawei est toujours dans la course !

Publié le 30 septembre 2020On pensait que face à toutes les barrières qui se sont mises …

  • 0 J'aime