En cours de chargement...

Test du Nokia 7.2 : un bon smartphone à l'autonomie trop timide

Publié le 19 février 2020

Annoncé lors de l’IFA de Berlin en septembre dernier, le Nokia 7.2 se démarque de la concurrence notamment grâce à un capteur photo circulaire, assez rare pour le moment et met en avant la force d’Android One intégré au produit. C’est ainsi la promesse d’un mobile entrée de gamme puissant et à jour des dernières versions d’Android que nous propose le constructeur finlandais. La rédaction l’a testé. 

Design et prise en main 

Le moins que l’on puisse dire de ce Nokia 7.2 c’est qu’il pèse dans la main. Avec un écran de 6,3 pouces FHD+ et un poids de 180 grammes, il semble bien loin de se faire discret. Lumineux, l’écran propose une colorimétrie des plus acceptables et offre un mode nocturne qui permet de reposer les yeux en journée. À l’avant, le constructeur a placé une encoche en forme de goutte qui abrite l’appareil frontal de 20 Mpx. Une définition tout à fait acceptable pour un capteur avant.

À l’arrière, le modèle offre un dos en aluminium mat ainsi que, petite nouveauté, un triple capteur rond de 48 +5 +8 Mpx signé en collaboration avec le géant de l’optique Zeiss. Juste en dessous du triple capteur, on retrouve le capteur d’empreinte. S’il lui arrive d’avoir des ratés, nous avons constaté qu’il était dans l’ensemble plutôt efficace. Mention spéciale pour la double utilisation de ce capteur qui permet, lorsque l’on fait glisser le doigt de haut en bas d’afficher la barre de notifications. Elle disparait si l’on effectue le mouvement inverse.

Sur le dessus du smartphone on retrouve le port Jack 3,5 mm qui laisse donc la place aux classiques écouteurs filaires. En bas du mobile, on retrouve le port USB-C pour le chargement ainsi que les deux haut-parleurs et le micro. Sur le côté droit se trouve le bouton de mise sous tension ainsi que le bouton de volume. À gauche, le constructeur a intégré un bouton Google Assistant, qu’il suffit de presser pour accéder à l’assistant vocal. On trouve également le tiroir SIM qui permet d’insérer une carte microSD (permettant d’étendre le stockage jusqu’à 512 Go rappelons-le), ainsi qu’un emplacement pour deux cartes nanoSIM. 

Le bouton de mise sous tension s'allume lorsque vous avez des notifications

Dans l’ensemble, sur son design, le Nokia 7.2 est un produit très acceptable. Un peu lourd, il tient finalement assez bien en main, est agréable à l’utilisation et son écran propose une colorimétrie plus que correcte. 

Navigation et fluidité

À l’utilisation sur plusieurs semaines, le Nokia 7.2 n’a présenté aucune latence ni aucun arrêt inopiné d’application lors de son utilisation. La navigation est optimisée par la présence d’une version épurée d’Android. Certains n’y trouveront pas leur compte sans surcouche, mais pour ceux qui aiment les environnements neutres et sans fioritures, c’est très clairement un Nokia qu’il vous faut. 

Autre point intéressant, le mobile tourne sur Android 9 (Pie) et la mise à jour vers la version 10 devrait arriver incessamment sous peu. Nokia s’engage également, avec le concours de Google à proposer trois ans de mises à jour régulières et rapides de l’OS américain. Un confort que peu de marques à part le géant américain peuvent se targuer de proposer. 

Et si Android One présente de gros avantages, il a également quelques petits défauts. Il est par exemple impossible d’activer un mode sombre global là où d’autres constructeurs comme Samsung le proposent via leur surcouche. Ici, il faudra vous contenter jusqu’à la mise à jour vers Android 10 des quelques applications qui proposent déjà le dark mode pour un confort de navigation plus important. On déplore également l’absence de la navigation par geste, que certaines surcouches constructeur proposent comme chez Huawei. Mais tous ces petits défauts devraient se voir résolus au passage à Android 10 dans les semaines qui viennent. Le smartphone devrait également, comme ses congénères sous Android One être parmi les premiers à bénéficier de la mise en place d’Android 11, y compris en version bêta. 

Il est en outre livré avec 6 Go de RAM et 128 Go de mémoire de stockage. Nokia a équipé son mobile d’un processeur Snapdragon 660, parfait pour les produits milieu de gamme, plutôt efficace, mais un petit GPU pour le jeu, à savoir un Adreno 512. On ne se sentira cependant pas ralenti, pour peu que l’on ne soit pas un joueur mobile trop investi. 

Côté sécurité on notera enfin que le lecteur d’empreintes est parfois capricieux, ce qui peut ralentir l’expérience de navigation. Un petit bémol qui arrive assez rarement cependant. 

L’autonomie enfin est également décevante, pourtant c’est une puissance de 3750 mAh qui équipe le terminal. Malgré cela, le mobile perd très rapidement en autonomie, y compris lorsque le smartphone n’est pas utilisé. Résultat, il est indispensable de prévoir un câble de chargement avec soi, au cas où. 

Photographie

C’est, comme souvent, l’une des parties les plus intéressantes d’un test. Le module photo est en effet devenu depuis plusieurs années le nerf de la guerre chez les géants de la téléphonie et certains ont su tirer leur épingle du jeu comme Huawei ou encore Nokia. Ce qui fait la force des deux constructeurs repose sur leur partenariat pertinent avec des grands noms de la photographie. Là ou Huawei bénéficie de l’expertise de Leica, Nokia s’offre les services de Zeiss, un géant reconnu de l’optique qui propose notamment d’excellents objectifs photo. 

Pour ce Nokia 7.2, le constructeur a choisi de placer un triple module rond au dos de son terminal. On découvre ainsi un capteur principal de 48 Mpx, un module grand-angle de 8 Mpx et un module portrait de 5 Mpx. Il est à noter que, comme sur beaucoup de smartphones, la définition par défaut est réglée à 12 Mpx. Pour changer la définition, il faudra vous rendre dans les réglages. La définition maximale est ainsi de 12 Mpx, mais vous pourrez également faire le choix, pour occuper moins de place sur votre espace de stockage, de régler la définition à 5 Mpx. Autre point intéressant à souligner sur un mobile milieu de gamme : la possibilité pour le produit de gérer les fichiers RAW. Pour rappel, le fichier RAW est un fichier photo brut non optimisé par le mobile. Il est assez gourmand en espace, mais il est un outil très utile pour les photographes qui peuvent ainsi retoucher de manière fine et optimale leurs images. 

Cela dit, si vous êtes photographe occasionnel, le RAW ne présente pas ou peu d’intérêt pour vous. Les clichés ainsi réalisés en JPEG restent très corrects en plein jour, la définition est très acceptable. En revanche, de nuit les clichés pris avec le Nokia 7.2 manquent cruellement de détails. On a beau savoir que les faibles lumières sont l’ennemi juré des petits capteurs de smartphone, ici, la correction logicielle est bien trop présente. Elle est cependant compensée légèrement à l’utilisation du mode nuit. Les images restent cependant mal définies et c’est regrettable, car pour une gamme de prix similaires, les produits offrant un bon rendu photo sont nombreux à commencer par les Galaxy A de Samsung, avec notamment le très bon A50 dont les performances photos sont meilleures. Xiaomi avec son Pocophone F1 proposait également, pour un tarif proche un bon module photo arrière. 

En bref, si le Nokia 7.2 propose une belle performance photo de jour, il souffre autant qu’un autre des faibles lumières. Et ce n’est pas vraiment le partenaire optique qui est responsable, mais plutôt les performances du capteur et du logiciel qui peine à corriger le manque de détail sur les photos prises de nuit. 

Conclusion

Le Nokia 7.2 est indéniablement un bon smartphone milieu de gamme. Solide et fiable il bénéficie d’un environnement de navigation épuré et efficace. Encore une fois, la présence d’Android One sur un terminal plutôt abordable est une grande force pour un constructeur, et Nokia exploite cette force avec talent. On salue également la présence d’un bouton Assistant qui lui permet de bénéficier de tous les services Google inclus sur le mobile. La rédaction a également apprécié la belle qualité de l’écran IPS de ce petit mobile. Comme souvent chez Nokia le travail fait est bien fait. On regrette cependant que l’autonomie ne soit pas au rendez-vous (surtout pour une marque qui a créé le 3310), et que l’appareil photo peine de nuit. Mais pour son prix inférieur à 350 euros, ce smartphone au design différent signé Nokia reste un très bon investissement. 

Commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter

Nos recommandations
Article Oh appli Day !

Publié le 3 avril 2020Parce qu’elles font partie intégrante de nos vies, nous leur …

Article Facebook Messenger arrive enfin officiellement sur Mac et PC

Publié le 3 avril 2020Jusqu’ici réservé aux smartphones et tablettes, l’application …

Article WhatsApp pourrait prochainement se connecter à plusieurs …

Publié le 2 avril 2020La célèbre application de messagerie, rachetée par Facebook …