En cours de chargement...

Xiaomi également sur liste noire

Publié le 19 janvier 2021

L’affaire de bannissement de Huawei par les Etats-Unis a marqué les esprits et a eu un impact commercial majeur. C’est à présent au tour de Xiaomi de subir un préjudice émergeant de l’Administration américaine.

De la bataille entre les Etats-Unis et Huawei, que ce soit directement ou indirectement, Xiaomi en est ressortie grandie et a pu montrer tout son potentiel à l’international, à l’image de Huawei. Le fabricant chinois a doucement gravi les marches au point de devenir un acteur majeur sur le marché des smartphones, notamment à travers ses marques Xiaomi et Redmi.

Il semble que cette période faste prenne un nouveau tournant, avec le placement de Xiaomi dans la liste noire par le gouvernement du Président sortant Donald Trump. Le groupe chinois serait lié à l’armée chinoise. Avant de quitter la Maison Blanche, le Président Trump a donc mené sa dernière bataille contre l’Empire du Milieu et estime que Xiaomi appartient au champ des « compagnies militaires chinoises communistes ».

Quelles conséquences pour Xiaomi ?

Il est important de noter que le constructeur asiatique n’a pas été placé dans la même liste que son homologue Huawei. En effet, ce dernier avait été répertorié dans la liste noire commerciale et non militaire. Cette distinction est essentielle car elle n’a pas les mêmes implications pour Xiaomi que pour son concurrent.

Cette différence est très surprenante sachant que Xiaomi est spécialisée dans la commercialisation de biens de consommation destinés au grand public, comme les smartphones, les objets connectés, ou encore les trottinettes électriques pour ne citer qu’eux. De son côté Huawei avait un impact plus grand, au-delà du commerce de détails car le groupe est aussi spécialisé dans les infrastructures réseau. Placer Huawei dans la nouvelle liste à la place de Xiaomi aurait donc été plus compréhensible.

Par cette décision gouvernementale, toutes les entreprises américaines devront céder les parts qu’elles détiennent dans Xiaomi. Ce retrait devra intervenir au plus tard début novembre 2021. Il s’agit donc plus d’un impact financier que commercial ou même industriel. De son côté, Huawei avait été à l’inverse interdit de commercer avec les Etats-Unis, d’y vendre ses produits et même d’établir des partenariats avec des sociétés américaines. Ce point avait été nettement plus bloquant que cela ne devrait l’être pour Xiaomi.

Xiaomi se défend et se prépare au pire

Le fabricant de smartphones a eu le temps d’anticiper avec l’exemple Huawei. Il a donc commencé très tôt à chercher des alternatives locales, basées en Chine afin de palier à un éventuel bannissement à venir.

Pour l’heure, aucun dommage commercial ne devrait donc intervenir, ce qui devrait rassurer les mobinautes adeptes de la marque ou prévoyant de s’offrir un appareil Xiaomi.

Il se peut que l’Administration Biden revienne sur les décisions de son prédécesseurs mais rien n’est moins sûr à ce stade. Dans l’attente, le géant se défend publiquement et confirme ne pas être détenu, contrôlé ou affilié à la force militaire chinoise.

Nos recommandations
Article Xiaomi Mi 11 Ultra : un écran secondaire pour les selfies ?

Publié le 15 février 2021Alors que le Mi 11 a officiellement été présenté en France il y …

  • 0 J'aime
Article Xiaomi confirme la sortie d’un Mi Mix 4 et d’une tablette …

Publié le 10 février 2021Le groupe chinois se préparerait à une année plutôt dense avec …

  • 0 J'aime
Article Xiaomi officialise son Mi 11 en France

Publié le 9 février 2021Après un lancement depuis la Chine fin décembre 2020, Xiaomi sort …

  • 0 J'aime